Etape 1

Classement Live : www.jbtimeconcept.be/live/tda2018

 

LUNDI 10 SEPTEMBRE - ETAPE 1: CAVALAIRE-SUR-MER - BRIANÇON 367 KM

 

Avant la bataille des Alpes…

 

Partis sous un beau soleil levant et par mer d’huile au petit matin de la Promenade de la mer de Cavalaire-sur-Mer, les quelques 80 équipages de ce 3e Trophée des Alpes ont rallié Briançon en fin d’après-midi au terme d’une première étape déjà copieuse. Avant de rallier la plus haute ville de France, nichée à 1.326 mètres d’altitude et fortifiée par Vauban, il aura fallu franchir une bonne douzaine de cols et satisfaire déjà à pas moins de six ZR (Zones de Régularités). De l’arrière-pays varois, aux portes des Hautes Alpes, en passant par les Alpes-de-Haute-Provence, les décors ont défilé à toute allure au cœur de paysages à couper le souffle, comme le défilé des Gorges ocres et abruptes du Daluis ou le passage du col de la Cayolle dans le Parc National du Mercantour. Sportivement parlant, les ténors se sont tenus de près à la veille de la grande explication sur les pentes des plus légendaires des cols alpestres…

L’ALPINE MANQUE DE JUS. Pour Philippe et Nicole Riou, ce 3e Trophée des Alpes n’aura finalement pas pu démarrer. En panne d’alternateur depuis les vérifications techniques de dimanche, leur Renault Alpine A310 n’a pu être réparée à temps avant le départ de ce matin à Cavalaire-Sur-Mer.

 

LES FILLES PÈTENT UN CÂBLE. Pas de chance pour nos Princesses Françoise Mahul et Stéphane Heymans, tombée en panne de câble d’embrayage au sortir de la ZR1. Le charmant duo dut patienter quelques heures avant de trouver la précieuse pièce de rechange, contrainte de renoncer aux 5 autres ZR du jour pour rejoindre Briançon en début de soirée…

 

LA Z1 ENTAILLÉE. Jean-Pierre Roce et Max Chazot y réfléchiront à deux fois lorsqu’il s’agira d’enlever la roue de secours pour se ménager plus de place dans le coffre arrière de leur BMW Z1. Victime d’une entaille irréparable dans le pneu, l’équipage dut se faire livrer une roue depuis Cannes et devraient rejoindre Briançon tard dans la nuit…

 

ENTREVAUX CITÉ IMPRENABLE. Perchée sur son éperon rocheux, la cité fortifiée, imprenable pour tout envahisseur, contemple les sources du Var. Il régnait une quiétude particulière ce midi à l’heure du déjeuner dans ce havre de paix choisi avec goût. De quoi reprendre des forces après une matinée déjà corsée.

HÉLAS… ALLOS ! Si certains ténors restaient quelque peu sur leur faim au terme de cette première étape, pas suffisamment sélective à leur goût, les organisateurs en étaient, bien entendu les premiers désolés. Contraints d’annuler, courant juillet, le passage par le col d’Allos (en travaux pour tout le mois de septembre) et, par conséquence, celui par le col des Champs, il fallut contourner les deux faits d’armes de l’après-midi par les cols de la Cayolle, de Vars et celui de l’Izoard, certes magnifiques du point du vue des paysages, mais nettement moins techniques du point de vue du pilotage.

 

GEORGE-PÉRIN LEADERS. Au terme de cette première journée de course particulièrement indécise au niveau de résultats et particulièrement animée par des changements successifs de leaders, ce sont les Français Jean-Luc Georges et Michel Périn (Ford Escort n°73 / 37 pts)) qui occupent la tête du classement général devant la Renault R5 Alpine (n°10 / 51 pts) de Jean-Pierre Verneuil et Antonio Caldeira. Les Princesses Valérie Bossart et Sabine Guillien (Porsche 911 n°14/52 pts) complètent le podium du jour d’un classement particulièrement serré, où chaque place dans le top 10 se joue sur une poignée de points…

DEMAIN : LES GÉANTS DES ALPES. C’est une étape d’anthologie qui attend les concurrents de ce Trophée des Alpes pour la 2e étape entre Briançon et Megève. Avec, en matinée, avant le déjeuner à Aigueblanche, une mise en bouche digne des grandes étapes du Tour de France avec les franchissements des cols du Galibier, du Télégraphe, du Mollard, du Glandon et de la Madeleine. Ensuite : direction le col du Tra, Bourg st-Maurice et Bonneval, avant le Cormet de Roselend, le passage aux Saisies, du Mont Dessous, du Col d’Alpettaz pour l’arrivée sur Megève.

INTERVIEWS

 

Patrick Zaniroli (Fra/organisateur) : « Cette première journée a déjà connu son lot de mésaventures, même si l’annulation du col d’Allos et du col des Champs pour question de travaux a rendu la fin de la journée un petit peu plus aisée. Tandis qu’au classement, les positions sont particulièrement serrées dans le top 20, la journée de demain s’annonce passionnante avec l’enchaînement des grands cols alpestres en matinée avant la remontée vers Megève. Il s’agira de ne rien lâcher et de conserver une attention de tous les instants… »

 

Michel Périn (Fra/Ford Escort n°73) : « Nous avons connu une très belle première journée sans difficulté majeure. Mais les jours qui viennent s’annoncent passionnants puisque les classements sont particulièrement serrés. Il s’agira de rester très attentif… »

 

Valérie Bossart (Fra/Porsche 911 n°14) : « C’était vraiment particulier de prendre le départ au volant d’une Porsche 911. C’est un peu plus brutal que mes voitures habituelles et cela m’a fait penser à la Peugeot 205 Turbo 16. Mais au niveau de la reprise, c’est un véritable régal et nous sommes enchantées par notre 3e place du jour. »