ETAPE 5

Classement Général

Classement Général Rookie

Classement par Groupes

ET DIEU CRÉA… LES PRINCESSES ! 

L’arrivée est triomphale. Applaudissements et ultimes rugissement mécaniques. Larmes et champagne coulent à flots sous les platanes de la Place des LIces. Elles étaient près de 200 et on ne voit qu’elles. Toutes autant qu’elles sont ! Princesses émues, heureuses et comblées. Le classement ? Peu importe, pourvu qu’elles aient l’ivresse de l’arrivée ! Il y a plus d’un demi-siècle, à quelques foulées de sable blanc, Roger Vadim créa… la femme. Soixante-trois ans plus tard, Dieu a fini de créer les Princesses ! Elles avaient un rêve. Celui de partager une veille et belle voiture ancienne pour relier Paris à Saint-Tropez. Ce 20e RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE était fait pour elles ! Le temps d’une semaine, s’offrir une folle échappée du quotidien. L’évasion ultime entre amies ou en famille. Mille sept cents bornes en l’espace de cinq jours et autant d’étapes. Et de Vendôme à la Place des Lices, même le jeu de la régularité, toujours exigeant, en valait certainement la chandelle. Aujourd’hui le GRAND PRIX DE SAINT-TROPEZ renvoyait une dernière fois les 91 équipages rescapés à leurs chères études. Trois ZR à parcourir jusqu’à Taradeau et le Château Saint-Martin, berceau du Paris-Saint-Raphaël, célèbre ancêtre de l’épreuve, avant le retour vers la perle de la Côte d’Azur. Suspense et frissons garantis ! Deux points, soit autant de secondes, séparant les deux premières du classement général avant l’ultime duel dans l’arrière-pays, chacun retenait son souffle…  

DANS UN MOUCHOIR DE POCHE… 

Gratzmuller/Laurent les Super Princesses  

Près de 1.700 kilomètres parcourus depuis Paris et tout tient à un cheveu. Moins que rien. Quitte à avoir du suspense, autant le prolonger jusqu’au bout ! CAROLE GRATZMULLER et ELISA NOÉMIE LAURENT (Chevrolet Corvette Stingray n°56) comme MARIE PÉRIN et CATHERINE LABBÉ (VW Golf n°79) ont attendu la 19e et ultime Zone de Régularité de ce 20e RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE pour se départager. Signant exactement le même score (4 points) dans l’avant dernière joute, les deux équipages, principaux prétendants à cette 20e couronne, s’expliquent sur les ultimes kilomètres. Première sur la route et… à l’arrivée, la VW Golf solde son compte avec 8 points supplémentaires, tandis que la belle Américaine en reste à 4 unités, portant son avance à six points au classement final. De quoi combler de joie son équipage de Super Princesses ! Au final, c’est le chrono qui a joué les gendarmes à Saint-Tropez ! Une cinquième victoire pour CAROLE GRATZMULLER, une troisième pour sa co-pilote. Bravo les filles ! Sur la troisième marche du podium, ADELINE PAQUIERS et HELENA EUVRARD (AC Cobra n°100) ajoutent une deuxième médaille de bronze à un palmarès déjà incroyable en l’espace de trois participations. Merci et chapeau bas également pour MARINA ORLANDI CONTUCCI et VALÉRIE DOT (Lancia Beta Monte Carlo n°90) quatrièmes, qui animèrent la course en tête tout au long de cette incroyable semaine. CARINE MERLE et LAURE MENESSON (Austin Healey 3000 n°31) complètent le top 5 d’une 20e édition de très haute facture.  

Séverine Loeb meilleure rookie ! 

Elles se sont inscrites parmi les dernières, au mois de janvier, profitant d’un désistement. SÉVERINE LOEB et DANISSA FONJALLAZ (Porsche 911 S n°70) sont passées par tous les stades d’émotion. De désillusion en bonnes surprises. Pénalisées par des appareillages de mesures défaillants, le duo de néophytes a bien failli se démoraliser au terme du premier jour. Puis vint la révélation. Deux, trois  bons conseils. La base. Le retour aux sources de la régularité, dépourvue d’électronique. Subitement les performances se sont améliorées et le sourire est revenu. Comptant parmi les 40% de nouvelles venues sur cette édition 2019, Séverine et Danissa, qui décrochent finalement la 26e place finale et le titre de ‘meilleures rookies’ de ce 20e RALLYE DES PRINCESSES, n’en resteront pas là. L’an prochain, on s’en doute, elles débarqueront mieux armées et, surtout, plus riches d’une expérience incomparable…  

FLASHBACK : IL Y A 20 ANS… 

Carole Gratzmuller : « La Coupe de Vichy, sous la pluie… » 

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, le RALLYE DES PRINCESSES entamait son odyssée sur les plus belles routes de France. Avec 18 voitures au départ, cette épreuve hors-normes brisait tous les stéréotypes, laissant les volant aux femmes dans une épreuve entièrement conçue pour elles, et par elles…  

C’est en 2001 que Carole Gratzmuller découvre le RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE. La deuxième édition sera celle de la révélation pour la pilote aux 13 participations et plus que jamais détentrice du record de victoires (5). Ajoutez-y trois deuxièmes places et vous aurez compris que Carole est bel et bien la Super Princesse ! «J’ai découvert le Rallye des Princesses à bord de mon Austin Lehnam. Nous n’étions pas du tout préparées et… la voiture non plus. Au fur et à mesure du rallye, l’Austin a commencé à perdre e bouts de droite ou de gauche. Il a même fallu démonter le moteur, avant que les garde-boues se détachent sous les vibration. Je me souviens avoir reçu la Coupe de Vichy, lors de notre arrivée dans la station thermale car nous avions effectué toute l’étape en décapotable sous des trombes d’eau. A l’arrivée, nous étions déjà heureuses de terminer à la 6e place et de recevoir la Coupe du Fairplay. Mais c’est là que j’ai compris ce qu’il faudrait faire pour gagner.» Et ce fut le cas, dès l’année suivante. Le début d’une longue série… 

INTERVIEWS 

Viviane Zaniroli (Fra/Organisatrice) : « Nous ne pouvions pas rêver plus belle semaine pour souffler les 20 bougies de ce RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE. La météo juste parfaite, la course indécise jusqu’au bout et puis deux magnifiques lauréates qui incarnent parfaitement l’évolution de cette épreuve au niveau sportif. C’est un rallye par les femmes, pour les femmes et qui n’a plus rien à envier aux épreuves masculines les plus renommées ! » 

Tom Zaniroli (Fra/Directeur sportif) : « A 20 ans, le RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE a prouvé qu’il était avait tout l’avenir devant lui. Le peloton d’une centaine d’équipages est composé à la fois de femmes expérimentées, mais également de jeunes recrues qui évoluent très vite, à l’image d’une pilote comme SÉVERINE LOEB qui a prouvé, en l’espace d’une semaine, qu’il faudrait compter avec elle à l’avenir. »  

Carole Gratzmuller (Fra/Corvette Stingray  n°56 / 1ère ) : «Quelle semaine ! Ce fut vraiment d’une intensité rare. Nous avons été en tête depuis le premier soir, mais la lutte a été acharnée sur chacune des 19 ZR et tout s’est joué dans… les derniers mètres. C’est sans doute la plus belle de mes 5 victoires sur ce RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE, tant la lutte sportive a été intense. Je tiens également à remercier ma co-pilote, Elisa avec qui j’ai immédiatement retrouvé mes marques. Sa 3e victoire n’est certainement le fruit du hasard. On nous reverra certainement sur cette magnifique épreuve ! »   

Adeline Paquiers (Fra/Ford Cobra n°100) : « Un peu déçue, bien sûr, de ne pas gagner à nouveau, mais en regardant en arrière je me dis que nous pouvons être fières d’avoir terminé trois fois sur le podium en trois participations. Mais c’était vraiment une bataille intense. Hier nous avons touché à l’avant droit, ce qui a fortement affecté la direction. Notre voiture manquait était devenue difficile à conduire sur les petites routes sinueuses de la région. Bravo à Carole et Elisa, elles ont fait du super boulot et elles méritent cette victoire. »  

Séverine Loeb (Fra/Porsche 911 S n°70 / 1ère rookie) : «Il est clair que nous avions complètement sous-estimé l’aspect sportif de ce rallye. Nous pensions qu’il s’agissait d’une chouette balade être filles. Mais nous avons très vite dû constater qu’en plus d’une aventure extraordinaire, ce RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE était un redoutable rallye de régularité au plus haut niveau. Ce n’est finalement qu’aujourd’hui, lors de la dernière journée, que nous avons compris qu’il valait mieux débrancher l’appareil qui nous donne la cadence. Il était complètement déréglé et personne n’a été en mesure de nous aider à le remettre en état. Dans ces conditions, c’est même un miracle que nous ayons réussi à terminer à la 26e place comme premières rookies. Il est d’ores et déjà très clair que Danissa et moi reviendrons nettement mieux armées l’année prochaine ! »